Action Syndical des Etudiants de Grenoble

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Vie universitaire
Vie universitaire
Imprimer PDF

Position sur les élections universitaires


Nous ne vous promettons rien car nous refusons de racoler les étudiants sous couvert de grandes promesses électorales et de bilans « victorieux ». Au contraire, nous dénonçons la soi-disant « démocratie universitaire », car les conseils centraux ne sont pas des lieux démocratiques et ne « représentent » en rien les étudiant-e-s (5 sièges au Conseil d’Administration - CA - pour 29 membres, et 16 sièges au Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire - CEVU - pour 45 membres). Sur les 29 membres du CA, 8 sont des personnalités extérieures nommées par le ou la Président-e de l’université (dont des membres du MEDEF, syndicat patronal). Qui a le plus de légitimité à porter sa voix au CA ? Comment 5 élu-e-s peuvent représenter la diversité des étudiant-e-s d'une université entière ? Et que penser de la légitimité des « représentant-e-s » étudiant-e-s au vu des records de participation aux élections qui s’élèvent au maximum à 12 % ?

Malgré tout, après un mouvement universitaire de plusieurs mois et dont le gouvernement est sorti une fois de plus vainqueur (couplant répressions policière, judiciaire et pédagogique), certaines organisations étudiantes tentent encore de nous faire croire qu’ils vont « nous défendre » ou « donner un message au gouvernement ». Ces pratiques co-gestionnaires laissent entendre qu’il serait possible d’avoir un réel poids au sein des débats et décisions prises dans les Conseils Centraux. NOUS NE CAUTIONNONS PAS CETTE DEMAGOGIE POLITICIENNE ET ANTI-DEMOCRATIQUE ! Nous dénonçons leurs mensonges et nous ne prétendrons pas représenter tous les étudiants !

Si nous nous présentons aux élections, c’est pour pouvoir accéder aux informations et décisions qui vont – de fait – à l’encontre d’une université gratuite, publique, laïque, critique et populaire.

 

Afin de ne pas participer et cautionner cette mascarade démocratique, l'ASEG-FSE a fait les choix suivants :

- Se présenter et siéger au CA afin d’obtenir les informations et de voter à l’encontre de l’application des politiques gouvernementales. Être élu n’est absolument pas une fin en soi, notre rôle ne consistera pas à être des décideur(euse)s au service d’une institution que nous considérons comme non démocratique. Une présence vigilante au sein du CA nous permettra de retransmettre les discussions et décisions importantes en vue d’organiser et de participer plus efficacement aux luttes étudiantes à venir afin de créer un réel rapport de force.

- Se présenter au CEVU afin d’obtenir les informations papiers, tout en refusant d’y siéger sauf exceptionnellement si nous avons pu prendre une position collective lors d'une Assemblée Générale. Dans les faits et le droit, cette instance ne sert plus à rien mais plus nous aurons de sièges, moins de personnes se targueront d’avoir un quelconque rôle décisionnel.

- Se présenter aux Conseils d'UFR afin de comprendre les pressions économiques qui amènent les affaiblissements de nos formations. Siéger pour pouvoir transmettre les problèmes pédagogiques des étudiants.

 

Voici la position de l'ASEG rédigée pour faire office de profession de foi pour les élections aux Conseils centraux de Stendhal du 27 avril 2010 :

Position elections

Et pour l'Université Pierre-Mendès France, l'élection du 6-7 avril (très peu de différence avec la précédente) :

position elections

 


Image au hasard