Action Syndical des Etudiants de Grenoble

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
BSHM

Comité d’Action Syndicale du BSHM


(Bâtiment des Sciences de l’Homme et Mathématiques - UPMF)

 

Descriptif


Le BSHM est une des Unités de Formation et de Recherche (UFR) de l’Université Pierre Mendès France (Grenoble II). Ce bâtiment regroupe les filières de Sociologie, Psychologie, Sciences de l’éducation et MIASS (Mathématiques et Informatique Appliquées aux Sciences Sociales), de la Licence au Doctorat en passant par le Master. L’UFR-SHS regroupe environ 2800 étudiantes et étudiants, dans des locaux vieillissants où manque l’espace tant pour les étudiant-e-s que pour le personnel. Confronté à la LRU (loi relative aux Libertés et Responsabilités des Universités), à l’Opération Campus, c'est-à-dire confronté d’une part à la casse générale du service public et d’autre part à la privatisation progressive de la recherche, le BSHM connaît de multiples restructurations, non-remplacements de postes, coupures dans les budgets, la même logique étant à l’œuvre dans la majorité des universités.

 

1.Perspectives et critique de l’université comme appareil idéologique de reproduction sociale

 

Les militantes et les militants de l’ASEG-FSE qui proviennent du BSHM ont l’objectif d’informer les étudiant-e-s de l’UFR à propos des mobilisations générales que notre section syndicale met en avant, telles que la lutte contre la précarité, contre la casse des CROUS, pour la défense de nos retraites, mais aussi de problèmes plus spécifiques à l’UFR et les sciences sociales : absence de photocopies pour les filières pouvant poser de réels problèmes pour l’information des étudiant-e-s, suppression récente du Bureau Virtuel (très utilisé au BSHM), rapprochement entre l’UPMF et Grenoble Ecole de Management, invitant les intérêts du patronat et des étudiant-e-s aisé-e-s au cœur de l’UFR-SHS, applications diverses de la LRU dans l’UFR…

Notre volonté est de pouvoir répondre à ces attaques d’une part en informant un maximum de personnes de la situation et des coups portés aujourd’hui à l’université, et d’autre part en s’organisant avec le plus grand nombre pour pouvoir y faire face concrètement, c'est-à-dire dans l’action. Pour cela, nous invitons les étudiant-e-s de l’UFR-SHS conscient-e-s de la nécessité de lutter collectivement pour nos droits à rejoindre l’ASEG-FSE et à militer avec nous pour combattre les attaques à tous les niveaux, et pas uniquement au seul niveau de l’UFR.

Enfin, il est fondamental de rappeler pourquoi le militantisme syndical de lutte dans l’université et dans les sciences sociales plus particulièrement est d’autant plus nécessaire à l’université ; insérée dans le mode de production capitaliste et dans la structure sociale, elle est un espace fort en enjeux politiques et idéologiques. Parce qu’elle est - comme l’ensemble de l’éducation, et souvent bien malgré elle - une composante de l’appareil de légitimation de l’ordre dominant entretenu par l’Etat et la classe capitaliste, elle est un des espaces de la reproduction et du déterminisme social, où derrière une apparence « ouverte à toutes et tous » se cache le plus souvent un tri basé sur des critères économiques mais aussi sociaux et culturels (origines ethniques et sociales stigmatisantes, valorisation des bacs généraux et des bagages culturels reconnus, sélection ou auto-sélection par la motivation, elle-même socialisée, etc.).

À la différence d’autres institutions, l’université produit du discours, d’autant plus pénétrant qu’il est reconnu comme universitaire et paraît légitime, scientifique, notamment sur la réussite sociale voire l’égalité des chances en son sein même (nous atteignons là le summum du cynisme). Contrer les mensonges et les faux-semblants dans ce domaine, mettre au jour les mécanismes de la sélection en les dénonçant et en dénonçant par là même celles et ceux qui consciemment (ou inconsciemment) produisent cette fausse idéologie de l’ascenseur social est une nécessité pour notre pratique syndicale, que ce soit dans nos amphis, dans notre matériel ou quand nous en discutons informellement devant nos UFRs, au BSHM notamment.

Lutter dans les sciences sociales (comme ailleurs) contre l’ensemble des discours visant à promouvoir un regard politique orienté destiné à masquer les inégalités ou les structures qui maintiennent les hiérarchies sociales doit aussi faire partie de nos priorités de réflexions et d’actions. Nous mettons en avant un savoir libre et critique, dans une université elle-même libérée de sa gangue idéologique : pour cela, notre priorité est de construire avec l’ensemble des étudiant-e-s, des personnels et le reste de notre camp social le rapport de force nécessaire à la réalisation - entre autres acquis sociaux - d’une université publique, gratuite, laïque, critique et populaire

[Pour aller plus loin, d’autres analyses sont disponibles dans les autres onglets du site internet].


2.Synthèses critiques des conseils de l’UFR-SHS.


L’ASEG-FSE a participé sur une position critique et clairement syndicale aux dernières élections au conseil d’UFR où 8 étudiant-e-s siègent. Notre liste a obtenu la majorité des voix exprimées, soit 5 étudiant-e-s soutenant notre action et nos analyses qui ont été élu-e-s pour une période de 2 ans. Les 3 autres sièges sont revenus à Bouge Ton Campus, un regroupement corporatiste grenoblois.

L’objectif des militant-e-s élu-e-s de l’ASEG-FSE est de s’opposer dans ces conseils à la casse et au démantèlement progressif de l’université, de défendre les intérêts des étudiant-e-s (par exemple, en exigeant des règlements d’études permettant aux étudiant-e-s contraint-e-s de se salarier de poursuivre des études en parallèle à leur emploi), mais aussi de synthétiser et de rendre compte de façon critique de ce qui est dit et voté dans le conseil de l’UFR-SHS, que ce soit par affichage, tract ou intervention dans les amphis des différentes années et filières. Ces comptes-rendus critiques seront par ailleurs affichés sur cette page de notre site internet.

 

3.Contacts et informations utiles pour les étudiant-e-s du BSHM


Pour joindre les militant-e-s du CAS BSHM vous pouvez envoyer un mail à Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Pour avoir accès aux informations administratives de l'UFR-SHS, nous vous recommandons de visiter régulièrement le site internet de l'UFR et de vous informer sur les panneaux d'affichage de votre filière. De plus, il est essentiel  pour les étudiant-e-s de prendre connaissance de leur règlement d'étude ainsi que de leur contrat pédagogique. Pour tout problème administratif, pédagogique ou autre, ne restez pas isolé-e-s, renseignez vous auprès de vos camarades de promotion pour savoir si vous êtes seul-e dans ce cas. En effet la majorité des problèmes individuels sont la conséquence de problème collectifs larvés, pouvant se régler rapidement si l'on sait réagir





Image au hasard