Action Syndical des Etudiants de Grenoble

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Communiqués
Communiqués

 

Communiqués


 

Vous trouverez ici tous les communiqués produit par la fédération

syndicale étudiante mais aussi ceux produit par le section locale

de Grenoble individuellement ou avec la collaboration d'autres

organisations.


Communiqués fédéraux



Communiqués locaux



Communiqués inter-orgas


 

Bonne lecture !



Imprimer PDF

Communiqué du 07/07/12 - Communiqué commun FSE - SUD-Étudiants

 

Le véritable visage de l'enseignement de l'art, c'est la police ! Soutien aux étudiantEs en lutte de l'école d'art d'Avignon !


« Puisque nous sommes transparents, nous ne laisserons plus entrer qui que ce soit dans cette mascarade d'école. Nous attendrons la police: elle montrera le vrai visage de l'enseignement de l'art. » Extrait d'un communiqué du syndicat SUD Étudiant ESAA, le 14 juin 2012.

 

Depuis bientôt un mois, les étudiantEs de l'école d'art d'Avignon sont en lutte. La sélection arbitraire opérée entre la licence et le second cycle, et qui a vu pas moins de quinze étudiantEs -soit près de la moitié des effectifs- refuséEs à l'entrée en master, alors même qu'ils et elles avaient obtenu leur diplôme, a décidé les étudiantEs à dénoncer les pratiques de la direction de l'école. Cette sélection répétée et inexpliquée, qui atteint ici son paroxysme, ne constitue en effet que le dernier épisode en date d'une politique de gestion toute entière orienté vers l'humiliation des étudiantEs et la casse de toute contestation interne à l'école. Les élèves de l'école, dont certainEs ont constitué une section syndicale SUD, ont mis en évidence les pratiques scandaleuses de la direction de l'école : bien loin de « l'interrogation à l'égard de la beauté du monde » revendiquée par le directeur du lieu, c'est bien le pire des pratiques managériales, du sexisme et du refus de toute contestation qui règne dans l'école.

 

Élection d'un représentant étudiant annulée, clientélisme, management par la terreur, harcèlement moral et physique, sexisme...L'école d'art d'Avignon est un concentré de ce qui peut se faire de pire en matière d'abus de pouvoir et de mépris à l'encontre des étudiantEs. Depuis que ces derniers ont commencé à dénoncer le climat au sein de l'école, les pressions s'accentuent, culminant lors d'un dépôt de plainte au commissariat à l'encontre du directeur, notamment pour les faits de harcèlement dénoncés : refus de prendre les plaintes, accusations répétées de « mythomanie », présence de policiers en civil de la DCRI, intervention du commissaire...

 

Malgré les coups portés par ceux qui tiennent à maintenir coute que coute leur rôle de petits chefs et de serviteurs d'un enseignement policier de l'art des élites, les étudiantEs tiennent bon. Ils ont déjà occupé leur école, et se refusent à abandonner la lutte tant qu'ils n'auront pas obtenu la démission du directeur, et la fin des pratiques dont il est le triste exécutant.

 
Imprimer PDF

Communiqué du 12/06/2012 - Communiqué commun SUD-Étudiant - FSE

 

Le changement pour l’université se fera par la lutte !

 

Le mercredi 16 mai, la députée Geneviève FIORASO, PDG depuis 2004 de la SEM-Minatec Entreprises (nanotechnoloqies), a été nommée ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche au sein du gouvernement social-libéral de Jean-Marc Ayrault. C’est donc une politicienne avertie couplée d’une représentante du patronat français et d’une recherche soumise aux lobbies industriels qui prend le poste de Laurent Wauqiez. Les figures changent, mais les politiques, elles, tiennent le cap. En matière d’université et de recherche, la campagne annonçait déjà une continuité avec la vision de la droite, les débuts de la ministre le confirment. Son cabinet est majoritairement composé de partisan de la loi LRU, comme par exemple Lionel Collet, ancien Président de la CPU qui a participé activement à la mise en place de cette loi, ou encore Philippe Aghion, qui a rédigé pour Valérie Pécresse plusieurs rapports vantant les mérites du modèle ultra-élitiste anglo-saxon et prônant la sélection au Master 1.

La nouvelle ministre soutien que « depuis cinq ans, les universités, les organismes de recherche et tout leur personnel ont été bousculés par des changements insuffisamment concertés. Il est donc urgent de rétablir le dialogue en confiance. » Elle compte apporter des modifications sur les questions de « collégialité » pour la gestion des universités… La Fédération Syndicale Etudiante tient à mettre en garde les étudiant-e-s : le problème n’est pas le manque de dialogue, le problème est la politique fondamentalement similaire à la précédente que va mener la nouvelle ministre, c’est-à-dire une politique basée sur la marchandisation des savoirs, la sélection sociale et la méritocratie, en en changeant quelque terminologie, mais pas le fond. La défense d’une université publique, gratuite et laïque appelle non pas à quelques apports conjoncturels mais a un changement de cap structurel pour stopper les processus de privatisations et de casse du service public qui ont été particulièrement accrus avec la droite au pouvoir. Ces politiques ont des noms, et certaines d’entre-elles ont été élaborées par le PS. Elles découlent toutes du processus européen de Bologne, dont l’objectif est la soumission de la connaissance et de la recherche au système capitaliste néolibérale etc. Elles ont des instigateurs : l’OCDE, l’OMC et l’Union Européenne. Aujourd’hui, leur abrogation est indispensable !

Vouloir une université publique, gratuite et démocratique impose également de s’attaquer aux problèmes quotidiens auxquels nous sommes toutes et tous confronté-e-s à des degrés divers pendant nos études, et qui sont les premières causes de l’échec et de la sélection sociale : la précarité étudiante et son corollaire, le salariat étudiant, qui représente plus d’un-e étudiant-e sur deux ; les problèmes de non accès aux soins ; l’inégalité devant le savoir et l’institution universitaire. Pour cela, il faut redonner toute sa place au service public du Crous, augmenter en nombre et en montant les bourses sur critères sociaux et les étendre sur 12 mois, permettre à toutes et tous d’accéder au logement étudiant public en rénovant les logements insalubres et en construisant les chambres en cités U nécessaires, assurer un financement entièrement public aux universités, embaucher et titulariser les personnels toutes catégories confondues, et extraire l’université de l’idéologie néolibérale qui consiste à ne la voir que comme l’antichambre du monde du travail et une source potentielle de profit.

Alors que la ministre va rapidement recevoir dans ses bureaux les dirigeant-e-s des organisations corporatistes comme la FAGE, mais aussi des organisations qui se réclament du syndicalisme comme l’UNEF. La Fédération Syndicale Etudiante tient là encore à avertir l’ensemble des étudiant-e-s qu’il n’y a rien à attendre des organisations cogestionnaires pour défendre nos droits et nos intérêts. Le président de l’UNEF appartient à la même famille politique que la ministre, ce qui est aussi le cas pour la quasi-totalité des cadres de cette organisation. L’Unef n’a jamais été opposée à la loi LRU. Au contraire, elle l’a négociée via Bruno Julliard, ancien Président de l’Unef et actuel membre du cabinet du ministre de l’Education. Leur indépendance vis-à-vis du pouvoir ministériel est infime, sinon inexistante. Or, sans indépendance, on ne peut ni critiquer ni combattre les réformes qui seront mises en place. Les étudiant-e-s doivent pouvoir s’organiser en toute autonomie des syndicats liés au pouvoir politique pour pouvoir mener leurs propres combats, et à ce titre, nous les appelons à investir le syndicalisme de lutte. Nous les appelons également à mettre en échec les organisations corporatistes et cogestionnaires qui vont aujourd’hui redoubler d’efforts pour encadrer, détourner, et tuer dans l’œuf les contestations étudiantes.

 

Pour une université et une recherche publique, gratuite, critique et populaire !!

Organisons la solidarité et imposons par nos luttes nos revendications !

 
Imprimer PDF

Communiqué du 18/05/2012

poing-crayon

Solidarité avec les étudiant-e-s québécois-e-s en lutte depuis 13 semaines ! Vive le Printemps érable !


Au Québec, les étudiant-e-s et leurs organisations syndicales mènent maintenant depuis 13 semaines une lutte exemplaire contre la hausse de 75% des frais d’inscriptions à l’université sur 5 ans. Le gouvernement de droite veut les porter a 2.800 €/annuels, et mener des contre-réformes allant dans le sens de la privatisation de l’éducation.

 

Cette offensive contre l’éducation publique et gratuite est combattue massivement par les étudiant-e-s et une large partie de la population du Québec ; elle entérine la sélection sociale à l’université, la précarité étudiante, le recours au salariat ou aux prêts bancaires pour financer les études. L’Association pour une Solidarité Syndicale Etudiante (ASSE), principal syndicat étudiant de lutte a devant la situation fonder la CLASSE - Coalition pour une Solidarité Syndicale Étudiante – une coalition temporaire créée autour de l’ASSÉ afin de lutter contre la hausse des frais de scolarité et de coordonner la mobilisation et la grève. De nombreuses manifestations ont été organisée et la grève des cours votée massivement.


Face a cette détermination, le gouvernement a mit en œuvre de nombreux moyens de répression : l’usage systématique de la violence policière, une répression judiciaire contre les militant-e-s mise en œuvre avant même le début des mobilisations, le tout couplé a une propagande médiatique de criminalisation du mouvement social a laquelle prenne part activement les ministres et les exécutifs de la police. Alors que le gouvernement avait attaqué la mobilisation en les accusant de ne pas avoir de projet alternatif pour l’université, la CLASSE a fournit un contre-projet chiffré et argumenté visant à la gratuité et à la réaffirmation du service public. On comprend dès lors que l’objectif du gouvernement est d’échapper au débat en usant de contre-feux, en créant la violence par la répression pour occulter le fond politique et délégitimer la lutte par tous les moyens. Et prochainement, le gouvernement souhaite faire voter une loi contre la grève et contre les organisations y appelant et y participant.. Face a cette violence, le mouvement étudient et la CLASSE appellent à la convergence des luttes, et à la grève générale contre les politiques d'austérité et la répression : « La liste des injustices libérales et conservatrices est longue ! Si la grève est étudiante, la lutte doit devenir populaire! ».


La Fédération Syndicale Etudiante souligne sa solidarité avec les étudiant-e-s en lutte et la CLASSE. Leur investissement collectif et leur effort d’organisation et de contre-proposition est exemplaire. Nous dénonçons la répression policière et politique organisé par le gouvernement pour fuir le débat politique et sa propagande de criminalisation de celles et ceux qui luttent.


La Fédération Syndicale Etudiante appelle l’ensemble des étudiant-e-s en France a exprimer leur solidarité avec le mouvement québécois et leur solidarité internationaliste avec l’ensemble des luttes étudiant-e-s et populaires nombreuses aujourd’hui dans le monde entier, à s’informer et à s’organiser pour la défense de l’université publique, gratuite, laïque, critique et populaire ici et ou qu’ils-elles se trouvent !


Solidarité avec le mouvement québécois ! Solidarité avec la CLASSE !

Contre la répression politique et policière, la solidarité est notre arme !

 


Page 2 sur 4

Image au hasard